GROUPEMENT DES UNIONS PROFESSIONNELLES BELGES DE MÉDECINS SPÉCIALISTES

COVID-19

FORUMS DE CONCERTATION

Zone privee
21.09.2021 13:30 Il y a : 25 days
Catégorie : E-SPÉCIALISTE

e-spécialiste n° 903 : suppression des mesures anti-COVID-19 pour les enfants de moins de 12 ans

envoyé aux membres de l'Association professionnelle belge des pédiatres, le 21.09.2021


Cher collègue,

L'Académie belge de Pédiatrie au sein de laquelle notre association professionnelle est représentée a envoyé hier le communiqué suivant à la presse.

Cordialement,

Marianne Michel               Tyl Jonckheer
Vice-présidente                Président

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’Académie belge de Pédiatrie, organisation-coupole qui regroupe toutes les associations belges dédiées à la pédiatrie[1]et les services pédiatriques universitaires, demande au gouvernement, après avoir pris connaissance des différentes opinions exprimées au sein de la Belgian Paediatric COVID-19 Task Force, que les mesures anti-COVID-19 qui s’appliquent encore actuellement aux enfants de moins de 12 ans, soient abolies dans les écoles des régions où l’épidémie s’est stabilisée.


Même s’il semble que cette abolition comporte un risque, nous plaidons plutôt pour un renforcement des mesures concernant les adultes dans la société (maintenir l’obligation de porter un masque, généraliser davantage le passe sanitaire, encourager le travail à domicile, etc.), afin de favoriser la normalisation de l’enseignement pour les enfants de moins de 12 ans.
 
Concrètement, nous demandons ce qui suit :
 
1/ ne faire passer un test aux enfants de moins de 12 ans que si le médecin traitant l’a jugé nécessaire pour le bien de l’enfant même ou afin de protéger un proche à haut risque.
 
2/ si un ou plusieurs cas de COVID-19 se sont déclarés en classe, ne faire passer un test qu’aux enfants malades si le médecin traitant l’a jugé nécessaire.
 
3/ abolir les prescriptions de quarantaine dans les écoles pour les enfants de moins de 12 ans.
 
4/ abolir l’obligation de porter un masque à l’école.
 
Ces demandes sont étayées sur les faits suivants:

  • Les enfants de moins de 12 ans infectés par le virus du corona sont peu voire pas malades, et présentent une évolution de la maladie comparable à celle d'une grippe.
  • Les parents et les enseignants ont eu la possibilité de se faire vacciner.
  • Les enfants de moins de 12 ans ne peuvent pas se faire vacciner actuellement.
  • Le test, le port du masque et la quarantaine pour les enfants vont à l’encontre du principe de « primum non nocere » inscrit dans le serment d’Hippocrate: en effet, pour les enfants, ces mesures draconiennes sont à court et à long terme, plus délétères que la maladie même.
  • En contractant le virus, les enfants développent une meilleure immunité que s’ils étaient soumis à la vaccination qui n’est pas encore à l’ordre du jour pour eux.
  • Il n’existe pas de consensus concernant les répercussions épidémiologiques sur le nombre d’admissions à l’hôpital découlant de la circulation du virus parmi les enfants de moins de 12 ans. Certains experts déclarent que ces effets sont très limités et ne concernent que les adultes non vaccinés.
  • Les règles de quarantaine actuelles affectent principalement les enfants les plus vulnérables.
  • Les règles de quarantaine actuelles d’application pour les enfants ont des répercussions sensibles sur la situation économique de leurs parents.
  • Dans la société, la presque totalité des mesures ont été abolies tandis que l’enseignement qui est un secteur facile à contrôler, arrive en dernier lorsqu’il s’agit d’assouplir les règles.
  • Nous insistons sur l’importance d’une bonne ventilation dans les classes, pour se prémunir non seulement contre le virus du corona mais aussi contre les autres virus respiratoires.
  • La politique de dépistage actuelle et les règles de quarantaine constituent un fardeau très lourd pour les PSE et les CLB qui ne sont alors plus en mesure de mener à bien leurs tâches principales, ce qui à terme, a des répercussions considérables, certainement pour les enfants les plus vulnérables.
  • Les chiffres actuels liés au virus du corona se sont stabilisés et presque tous les adultes admis à l’hôpital sont des adultes qui ne se sont pas fait vacciner ou ne l’ont pas voulu.
     

Au nom du Board de la Belgian Academy of Paediatrics,

Ann De Guchtenaere, présidente de la Belgian Academy of Paediatrics
Tyl Jonckheer, président de l'Association professionnelle belge des Pédiatres
An Bael, présidente de la Vlaamse Vereniging voor Kindergeneeskunde
Pierre Philippet, président du Groupement belge des Pédiatres de Langue françaiseContinue
Marc Raes, président de la Société belge de Pédiatrie
Stijn Verhulst, chef du département de pédiatrie à l'Universitair Ziekenhuis Antwerpen, UA
Stéphane Moniotte, chef du département de pédiatrie aux Cliniques universitaires Saint Luc, UCLouvain, et Vice-Président de la Belgian Academy of Paediatrics
Gunnar Buysse, chef du département de pédiatrie à l'Universitair ziekenhuis Gasthuisberg, KUL
Marianne Michel, vice-présidente de l'Association professionnelle belge des Pédiatres
Jean Evrard, membre du bureau du Groupement belge des Pédiatres de Langue française

 


[1] Société belge de Pédiatrie, Vlaamse Vereniging voor Kindergeneeskunde, Groupement belge des Pédiatres de langue française, Association professionnelle belge des pédiatres.